samedi 12 avril 2014

Démissionner

Donner sa démission c'est mieux qu'un saut en parachute, mais sans parachute. Cette idée t'obsède depuis un milliard d'années mais les couilles de taureau que tu pensais avoir bien fixé au niveau de ton entre-jambes, sont juste inexistantes.

Le processus est très simple : 
Tu emménages à Paris. Tu pleures parce que ton loyer est similaire au PIB des Etats Unis. Tu es embauchée. Tu cries victoire parce qu'un CDI mixé à un super salaire (SMIC bonjour) c'est la classe, enfin à peu de choses près. Tu pensais être la seule sur le coup. Sauf que le premier jour, tu passes très vite de chef de file à sous-fifre. Tu redescends bien vite sur la planète Terre. C'est sûrement ton jeune âge de l'époque qui a fait le coup, le salaud ! Tu gardes un sourire crispé et forcé. Bref, tu fais comme si, comme ça. En somme, t'es VNR. 
Le temps passe, tu comprends très vite que servir des cafés c'est tout à fait ce que tu voulais faire après tes études. Une sorte de révélation quoi. Bah voyons ! Le champ de bataille, non que dis-je, la révolution se met en place quand tu t'aperçois que 3 foutus cheveux bien blancs ont décidé d'élire domicile dans ta superbe chevelure brune. Le drame. Tu tires la sonnette d'alarme. Tu broies du noir. Puis, tu t'affirmes. Tu prends en level. Tu commences à comprendre toutes les ficelles, non que dis-je, les supercheries du monde du travail. Ah ce monde si particulier si et si tendre ! Je tairai tout ce que j'ai pu voir. Parce que les pipes sous le bureau, la consanguinité, les pipes sous le bureau et j'en passe, c'est pas très intéressant. Tu te dis que l'univers du cirque, tout ça, c'est pas trop ta came. Du coup, tu prends une feuille et un stylo : Cher Monsieur, je vous quitte. Bien à vous. Votre dévouée et employée de l'année. Ah ça oui, écrire une lettre de démission te prend 5 minutes à tout casser. Sauf que tu relis, puis relis, puis re-relis, bref tu passes 2 jours sur ta feuille et ces 3 lignes de Bic noir. Je le fais ? Je le fais pas ? Je le fais ?
Et là, miracle. Les couilles de taureau que tu pensais inexistantes au niveau de ton entre-jambes, apparaissent. Ca pèse lourd. Mais ça, on s'en fout. `
Tu t'en donnes à cœur joie. Tu lèches le timbre. T'appuies très fort. Tu parfumes l'enveloppe (?). Bref, tu postes ta lettre de démission. Tu reçois l'accusé de réception.

Alleluia, t'es libre. Un mois de préavis.

Bref, un mois pour trouver un nouveau travail.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire