lundi 18 février 2013

Le célibat, un combat comme un autre - Publication dans le Bonbon Est !

Tout le monde a déjà vu, photographié et posté sur Instagram la nouvelle publicité Meetic. Mais si, vous savez, cet énorme panneau publicitaire jaune et ce message subliminal : « C’est comme une soirée normale sauf que le mec sur qui tu flashes n’est pas en couple. »


Mes copines et moi, on a bien ri. ALLO, qui a encore besoin aujourd’hui d’un coup de pouce pour rencontrer Michel-45ans-directeur financier ou Charles-27ans-gérant d’une jeune boîte dynamique ?
Sauf qu’une fois rentrée chez-toi, tu te connectes sur Meetic.fr, juste par curiosité, juste pour voir à quoi ressemblent ces gens célibataires, bref juste pour occuper le temps. Trois heures plus tard, tu as créé ton profil : 1h pour remplir les petites cases type « Quel genre de femme êtes-vous ? » ou encore « Que recherchez-vous chez un homme ? », 30mins pour choisir ta photo parce que tu as passé en revue tes dossiers de vacances, ton compte Facebook, ton disque dur externe et tes 3 clés USB – et 1h30 de F5 en mode épileptique dans l’attente de nouveaux messages de jeunes et beaux célibataires.
Les 2mins suivantes, tu supprimes ton profil parce qu’au final rien ne vaut ces rencontres spontanées dans le métro à l’heure de pointe.  
Une semaine plus tard, tu retombes sur ce panneau publicitaire. Et là, tu te mets à penser, beaucoup penser, beaucoup trop même. Le célibat devient synonyme de mort-accidents de voiture-mauvais trip sous lsd. Ton cerveau se met clairement à dérailler. Puis, tu te ressaisis. Tout redevient à peu près normal.
Le lendemain matin, j’ai décidé d’agir et d’aller arracher toutes ces affiches de 150x200, du moins celles qui trônaient sur mon quai. Cagoule et échelle en mains, même pas le temps d’en arracher un centimètre qu’un mec de la sécurité me demande gentiment de sortir.
Puisque c’est comme ça, je mets au défi le Bonbon Est de m’organiser une soirée entre célibataires.
Parce que ma boîte aux lettres est à deux doigts d’exploser, entre les faire-part de mariage et de naissance, mon état mental est quelque peu critique.
Je tiens tout de même à me réjouir pour toutes ces personnes nageant en plein bonheur, sincèrement, signée Mademoiselle Charlie, une corde à la main. (Rassure-toi maman, la corde est une image).