lundi 31 décembre 2012

Les petites pensées en vrac de Charlie, on l'aura compris, Charlie est vraiment une fille

TITANIC
Ce soir j'ai regardé Titanic pour la 498ème fois, et j'ai pleuré. 
C'était pourtant pas facile avec la non version originale de France 4.
Mon coeur s'est emballé quand Léo se croit maître du monde, et j'ai utilisé ma boîte de Kleenex lorsque Rose pense être un oiseau, un gros. 
Sauf qu'après les 3h de film, France 4 a décidé de diffuser un documentaire sur la véritable histoire du plus grand bateau VS l'iceberg. Mais pourquoi annoncer un documentaire alors qu'il s'agissait d'une reconstitution grotesque à la script reality ? Du coup, j'ai séché mes larmes et je me suis énervée.
Comme dirait Enora Malagré, bonjour la TV caca. 

UN GARCON
J'écoute la même musique en boucle depuis une semaine soit Waiting for the sun de Here is why en pensant à mon tout nouveau coup de coeur. 
Et comme à mon habitude, la stratège qui est en moi se réveille et élabore les plans les plus machiavéliques pour atteindre convenablement le dit coup de coeur, bref la cible.  
Ca fonctionne à tous les coups, enfin presque. 
Je ne vous révélerai pas la méthode Charlie aujourd'hui, vous me prendriez pour une Blair Waldorf et on m'accuserait une fois de plus de considérer les garçons comme des objets phalliques avec accessoirement un coeur, un gros. 
Enfin, promis, pas de Chuck dans les parages. Parce que comme à mon habitude depuis mon arrivée à Paris, les serveurs ont toute mon attention. Et autant vous dire les filles, ce n'est pas à Paris que l'on chope un Chuck. 
Au moins, Chuck, lui, il a un coeur, un gros. Et à Paris c'est bien connu, ce n'est pas le coeur, qui est gros. 

SALUT, J'AI FAIT UN FOOTING
Hier matin, j'ai fait un footing. Oui, j'ai été courir et j'ai même enfilé une tenue de sport et je me suis même prise en photo devant la glace pour la poster illico sur Instagram. 
Je peux être fière de moi, j'ai couru 1 heure entière sans m'arrêter, enfin presque.
Le soir, je racontais à toutes mes copines autour de 3 bouteilles de rouge que je me sentais revivre. 
C'est décidé, tous les matins je pars courir.
Sauf que ce matin, au réveil, j'étais paralysée. J'ai appelé tout mon répertoire afin d'évaluer le nombre de jours qu'ils me restaient à vivre. 
Ce n'est pas le tout de se prendre en photo sur Instagram et de narguer ses copines, maintenant assumer la dure réalité, je suis rouillée. 
Bon, un autre verre s'il vous plaît !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire