dimanche 16 septembre 2012

Un garçon

Petite précision: ce billet a été écrit lors d'un moment de folie, merci de ne pas le lire.




Depuis quelques temps, je repousse les avances de certains êtres masculins avec qui j'ai partagé un bout de mon lit.
Attention, il s'agit de garçons bien sous tout rapport: étiquette du bon coup, de la conversation, une bonne situation sociale et professionnelle, et intéressants physiquement, bref le refrain habituel.
Mais, je suis incapable de les revoir. Comme si j'avais enclenché le mode "garçon, je suis con".
Ne pas répondre signifie clairement: Non, je ne veux pas de toi dans ma vie, ma carrière est plus importante, je n'ai déjà pas de temps pour moi alors pour un mec...
Sauf que depuis peu, cette raison est invalide.
Je ne sais d'ailleurs pas comment cela a pu arriver. Il m'est tombé dessus, si, je vous assure. Et dieu sait que je ne voulais plus me retrouver dans cet état. J'avais réussi à être en accord avec moi-même: les garçons c'est terminé ou alors pour une nuit mais pas plus, au petit matin ciao.
C'est une catastrophe. Autant je me sentais reine avec ces dits garçons d'une nuit, autant avec lui je me sens sur-vulnérable. Je suis sur l'offensive, j'attaque, je mords et autre conneries pour démontrer que je ne suis pas une fille facile. Aïe, je cumule toutes les fautes à ne pas commettre ! Il va me prendre pour une folle, prendre la fuite et me cataloguer de "fille à ne plus jamais revoir sauf en cas exceptionnels entre un dîners d'amis en communs".
J'ai  beaucoup trop pensé à lui ces derniers jours, seules mes copines le savent.
Après de grandes discussions alcoolisées, c'est unanime: si tu lui fais la bise après avoir passé la nuit avec lui, tu pré-détermines déjà à toi toute seul le sens de cette relation: une partie de jambes en l'air.
Mais en même temps, comment savoir si, lui, a apprécié ? Et puis, même si j'avais opté pour un échange de langues, qui me dit qu'il m'aurait rappelée ? Bref c'est la merde.
Trop de questions existentielles inutiles qui me pourrissent mon quotidien.
Soyons honnêtes, ce garçon n'a même pas idée que je puisse me poser autant de questions. (D'ailleurs ce blog est compliqué à gérer, un jour ou l'autre il tombera sur cette brève, et ce sera encore pire)

Que ce soit clair, il ne s'agit pas du coup de foudre non plus.
A force, de me poser mille questions, j'ai déjà l'amère impression que tout cela est voué à l'échec.

Bon, au suivant !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire