samedi 28 juillet 2012

Peau neuve (pour le blog de) Charlie

Il y a quelques jours, j'ai pris une décision importante: arrêter mon blog.
Ce blog a été une simili (qu'est-ce que j'aime ce préfixe) transition.
Il est né de maux d'amour à la con - je voulais prouver que je pouvais mettre les gens (du moins certains) à terre avec des mots. C'est tellement plus simple d'exprimer et de tuer par des putains de mots.



A coups de baguette de magique, tout s'est envolé: les maux, les angoisses, ce pseudo mal être.
Cette ère a signé son arrêt de mort.
Du coup, ce blog n'avait plus aucun intérêt à mes yeux. En effet, pourquoi écrire (débiter) des conneries de la vie de tous les jours - même en les caricaturant - ? Soit, en me faisant passer pour ce que je n'étais pas.

Et puis, je suis tombée sur 3 épisodes de Sex & the City sur M6 à 1h du matin hier soir, et Carrie Bradshaw m'a complètement tuée. Une sorte de révélation à part entière. Elle, emportant son ordinateur dans les cafés, les hôtels.. pour écrire ses chroniques. (Je ris un peu)
Nous y voilà, l'ère de du blabla de soi a (re)sonné et je fais partie de cette ère, là où il fait bon de parler soi, de soi et encore de soi.
Auto-persuasion d'exister.
J'existe, je respire, je vis, j'aime, je pleure, je travaille, je mange, je dors, je vais à la piscine bref autant de conneries qui prouvent que je vis, là, maintenant.

Du coup, ce blog reprend sens.
J'ai fait sa promo sur Facebook, les réseaux sociaux sont une bonne chose pour ça, en une publication tu collectionnes des likes, des commentaires, des messages privées, des bons, des mauvais.
J'ai même eu droit à des propositions de chroniques régulières, une dans un webzine, une autre dans un blog d'une blogueuse très au goût du jour.
Mais en vain, dès qu'il s'agit d'écrire par obligation je bloque. Et puis soyons francs, ce que j'écris n'a d'intérêt pour personne hormis pour moi, une sorte de défouloir.

Alors, ce blog recommence maintenant, il sera sûrement différent, même si j'aime cultiver le cynisme, l'ironie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire